La pandémie nous a tous touchés de manières différentes. Pour moi, c’est un besoin de faire sortir les émotions complexes que je ressens. Ces peintures sont le résultat de mon malaise.
COVID Chronicles
#1 Essayant d’imposer l’ordre
#1 Essayant d’imposer l’ordre

acrylique et encre, 22" x 13"

#2 Un peu de liberté
#2 Un peu de liberté

acrylique et encre, 22" x 15"

#3 Les vagues et la contagion
#3 Les vagues et la contagion

acrylique et encre, 22" x 13"

#4 Les bulles et la propagation
#4 Les bulles et la propagation

acrylique et encre, 15" x 11"

#5 La promesse de vaccins
#5 La promesse de vaccins

acrylique et encre, 15" x 11"

#6 La Déprime de la Deuxième Vague
#6 La Déprime de la Deuxième Vague

matières mixtes, 22" x 15"

#7 Les Variants
#7 Les Variants

matières mixtes, 22" x 15"

#8 Et quelles sont les règles aujourd’hui?
#8 Et quelles sont les règles aujourd’hui?

matières mixtes, 22" x 15"

#9 Delta
#9 Delta

matières mixtes, 30" x 15"

Nous sommes maintenant quelque part vers la fin mai ou le début juin 2020 et certaines restrictions ont été levées. Même envie de lancer de la peinture. J'ai essayé à nouveau de verser une courbe en s, mais encore une fois, ça a pris un petit détour. Mais ce fut un heureux hasard et ma tâche en s ressemblait à un skateur ou à un surfeur. Il y a une exubérance dans la forme qui suggère que de la peinture dorée pourrait être de mise. Bien sûr, le contrôle est toujours nécessaire, d'où l'utilisation continue de la géométrie. Mais l'ambiance est plus optimiste, j'ai donc utilisé le violet pour le contraste. C'est ici que j’introduis mon ombrage en gribouillis, un type de gribouillage que je fais depuis des années, mais que je n'ai jamais utilisé dans aucune peinture.

C’est l’été et on nous dit qu’il y aura une deuxième et peut-être une troisième ou plusieurs autres vagues. Dépitée. J'ai peint des arcs verts sur le papier. Ces formes semblaient avoir besoin d'une touche calligraphique. Mais il fallait beaucoup plus de géométrie! J'ai donc introduit les deux autres couleurs secondaires, appropriées, en pensant à une possible deuxième vague.

N'ouvrons pas trop si nous en attendons une autre !

Les choses étaient tellement plus complexes. Nos voisins du sud étaient apparemment hors de contrôle avec le virus, la situation politique et les troubles sociaux. J'étais heureuse que les protestations contre les inégalités sociales soient mondiales et que cette fois, un changement puisse réellement se produire, y compris ici. Comment ne pas voir l'humanité des uns et des autres? Comment avons-nous pu tous supporter les vieilles idées selon lesquelles seuls les hommes blancs savaient ce qui était mieux pour tout le monde? La plupart des hommes blancs que je connais ne sont pas d’accord avec ça non plus.

 

Je pensais que ce tableau était un gâchis au début. Plus tard, je me suis rendu compte que mon envie de circonscrire une partie de la couleur pouvait être comparé à la recherche de contacts pour essayer de contenir le virus. L'un des cercles est devenu presque sphérique, éclaté, incapable de rester à plat.

Nous sommes en avril 2020 et j'ai vraiment besoin de m'évader dans un tableau.  Nous avions été des semaines maintenant en confinement total. 

Celle-ci a été faite en tandem avec la peinture précédente. Apportant mes inquiétudes à notre situation locale, nous étions en proie à un nombre croissant de cas. Mais les vaccins étaient en phase de test et donnaient encore plus d'espoir. Là encore, j'ai travaillé sur les aspects du design de la peinture et je n'ai remarqué que plus tard que ma symbolique se référait aux images que nous voyions de la production de vaccins et des injections. Le triangle avec la pointe s'arrêtant au centre du cercle d'or s'est transformé en une injection dans le mille!

Janvier et février 2021. Nous sommes dans une deuxième vague. Celle-ci a mis un certain temps à maîtriser et l'encrage or a pris une éternité à faire. Le tableau se lit de gauche à droite, comme l'écriture. Nous étions en hiver (le blanc) et j'avais hâte au printemps (le vert). Entre les deux était la distribution des vaccins (le jaune). Le rouge, la couleur sauvage, est le virus. Occupant plus de la zone hivernale, mais continuant jusqu'au printemps, à mesure que les variants émergeaient. Les lignes dorées et blanches faisaient référence aux voyages, aux personnes qui se déplaçaient, à la propagation du virus. Mais optimistiquement, il y avait moins de rouge dans le vert!

Ce n’était pas beau. De mars à avril, la troisième vague. Les variants explosaient de façon exponentielle dit-on. Des trucs effrayants. J'ai donc utilisé des couleurs opposées très fortes et j'ai réalisé par la suite que je les avais répandues partout. Il  a été difficile de reprendre le contrôle de ce tableau, imitant notre situation dans le monde réel, mais sans le drame. Après tout, j'aurais pu simplement déchirer le papier. Mais l’or ici est pour le personnel médical qui lutte contre cette folie, garde nos malades en vie et leur donne l'espoir d'un retour à la santé.

Ce tableau fut terminé fin avril 2021. Les règles de la santé publique ont ayant été renversées et ajustées au cours du mois dernier, il a été difficile de suivre ce que nous étions autorisés à faire ou ne pas faire selon les directives de la santé publique. Et il y a d'autres experts qui ont réclamé d'autres mesures telles que l'installation de purificateurs d'air dans les salles de classe pour protéger plus de personnes. Il doit être si difficile de trouver l'équilibre entre la santé physique, la santé mentale, la sécurité des personnes vulnérables et la santé économique de tous nos concitoyens.

Dans ce tableau, les cercles font référence au déploiement de la vaccination - ces groupes assez chanceux pour avoir eu au moins une dose d’un vaccin. Nous pouvons toujours tomber malade, mais nous ne serons pas atteints d'une maladie aussi grave. La maladie et les variants sont présents dans les couleurs vertes et bleues.

Fin juin. À ce stade, au Québec, nous nous en sortons relativement bien – le taux de vaccination dépasse 70 % pour la première dose et le nombre de cas diminue au fur et à mesure que les deuxièmes doses arrivent. Mais à mesure que les choses s'ouvrent, beaucoup d'entre nous pourraient être pardonnés d'être un peu hésitants – chat échaudé craint l'eau froide. Nous devons maintenant faire face au variant Delta, dont on nous dit qu'il est beaucoup plus contagieuse et plus grave que même le variant Alpha, qui était pire que la maladie d'origine. Aïe ! C'est comme si nous devions encore collectivement retenir notre souffle alors qu'il fait le tour du globe, partant de sa source en Inde. C'est un très bon exemple de la raison pour laquelle nous devons aider tous les pays à maîtriser cette situation. Les lignes avec mon griffonnage indiquent à quel point les contrôles aux frontières et les mesures de quarantaine sont poreux. Et bien qu'il y ait des angles droits indiquant le contrôle, ils continuent de changer avec chaque variante, nous laissant émotionnellement désorientés. Devrions-nous être enthousiasmés par la baisse des cas, ou devrions-nous nous méfier à cause de Delta ? Notre joie est mitigée.